mer. Août 3rd, 2022
infographie obligations d'État

Avez-vous déjà emprunté de l’argent ? Si vous ne l’avez pas fait, vous connaissez probablement quelqu’un qui l’a fait. Emprunter de l’argent est un élément normal de notre société et une situation que toutes les entreprises traversent. Même les gouvernements le font. Savez-vous comment ils peuvent le faire ? En émettant des obligations d’État. Cet article explique ce que vous devez savoir sur l’investissement dans les obligations d’État si vous avez envisagé de le faire ou si vous pensez le faire.

Lorsqu’un gouvernement émet une obligation, il vous demande d’investir une certaine somme d’argent. Elle promet ensuite de rembourser cet investissement avec des intérêts au fil du temps. Nous nous plongeons ici dans le monde de l’investissement obligataire pour vous aider à décider si les obligations conviennent à votre portefeuille. Toutefois, comme le conseillent de nombreux experts, la meilleure option pour les épargnants est la diversification. C’est pourquoi de nombreuses personnes complètent leurs investissements obligataires par des dépôts bancaires.

Types d’obligations

Il existe de nombreux types d’obligations, en fonction de leurs caractéristiques, mais nous allons commencer par les diviser en deux grands groupes

  1. les obligations émises par des gouvernements ou des institutions. Un type d’investissement basé sur la dette qui prête de l’argent à un gouvernement en échange d’un taux d’intérêt convenu. Elles sont généralement plus sûres que les obligations émises par les entreprises, mais offrent également des rendements plus faibles. C’est un exemple d’obligation d’État.

Vous investissez 10 000 euros dans une obligation d’État à 10 ans avec un taux d’intérêt annuel (rendement) de 4 %. Cela signifie que l’État vous versera un intérêt de 4 % sur 10 000 € chaque année, et que vous rembourserez l’investissement initial à la fin de la période spécifiée.

  1. Les obligations émises par les entreprises. Ils offrent généralement un rendement plus élevé que les obligations d’État, mais sont moins fiables. Le rendement peut être plus ou moins élevé en fonction de la solidité et de la croissance de l’entreprise qui émet l’obligation.
infographie obligations d'État

Les gestionnaires ont trouvé des opportunités d’investissement dans les obligations d’entreprises.

Autres types d’obligations

  • Obligations échangeables : peuvent être échangées contre des actions existantes d’une société.
  • Obligations convertibles : elles peuvent être échangées contre de nouvelles émissions dont le rendement est inférieur.
  • Obligations non-coupon : aucun intérêt mensuel n’est payé, mais des intérêts transitoires sont payés à l’échéance.
  • Obligations perpétuelles : elles sont non remboursables, le capital investi n’est donc pas remboursé. En revanche, les intérêts qu’ils produisent sont constants.
  • Obligations du Trésor : émises par les entreprises pour couvrir leurs besoins de trésorerie. Ils restituent le capital investi.
  • Obligation : La valeur d’une obligation est divisée en paiements individuels qu’elle génère, de sorte que les intérêts et le principal peuvent être négociés séparément.
  • Obligation sociale : obligation destinée à financer des projets visant à résoudre un problème social spécifique.
  • Les obligations vertes sont des obligations conçues pour financer ou refinancer des projets liés à l’environnement. La première obligation verte vient d’être émise en Espagne en septembre de cette année. Une obligation de 20 ans pour les projets environnementaux. Le gouvernement a identifié plus de 13,6 milliards d’euros de dépenses vertes.
  • Obligations liées au développement durable : obligations liées à la réalisation ou à l’amélioration de mesures environnementales, sociales ou de gouvernance spécifiques.
  • Obligations indexées sur l’inflation : rendement basé sur l’inflation future. Ils présentent les mêmes caractéristiques que les obligations traditionnelles et ont l’avantage de protéger la valeur de votre épargne.
  • Obligations de pacotille : Obligations à haut risque et à faible notation, dont les rendements sont généralement élevés et les récompenses proportionnelles au risque. Également connues sous le nom d’obligations à haut rendement, leur solvabilité constitue un risque d’investissement car il existe une forte probabilité que l’émetteur fasse défaut.

Qu’est-ce qu’une obligation d’État ?

Lorsqu’un gouvernement émet une dette souveraine, il le fait pour couvrir un manque à gagner dans le budget national. Les obligations d’État sont des titres à long terme émis par le gouvernement dans ce but. Lorsque vous achetez une obligation, vous prêtez au gouvernement une certaine somme d’argent pour une période de temps prédéterminée. En contrepartie, le gouvernement accepte de vous verser des intérêts réguliers à un taux prédéterminé jusqu’à l’échéance de l’obligation, et de rembourser le principal à l’échéance.

Par exemple, supposons que vous décidiez d’acheter une obligation d’État de 10 000 euros à un taux d’intérêt annuel de 3 % et qu’en contrepartie, l’État accepte de vous verser 10 000 euros d’intérêts tous les six mois et de vous rembourser 10 000 euros à la fin de la période de 10 ans.

Bien sûr, il y a des exceptions, comme les obligations à coupon zéro. Ils ne produisent pas d’intérêts, mais sont vendus à un prix inférieur à leur valeur nominale. Cependant, la plupart des obligations d’État suivent la même formule : vous investissez une certaine somme d’argent, recevez des intérêts et récupérez votre argent à l’échéance.

Obligations d’État ou bons du Trésor ?

Certaines personnes confondent les obligations d’État et les bons du Trésor. La principale différence entre les deux est la date d’émission. Par conséquent, le choix d’investir dans l’un ou l’autre dépend largement de la durée pendant laquelle vous souhaitez récupérer votre investissement.

Bons du Trésor : Principalement des émissions dont l’échéance est de 18 mois ou moins. Une méthode d’actualisation est utilisée, selon laquelle les bons du Trésor sont achetés et remboursés à l’échéance moins le taux d’intérêt en vigueur.

Obligations d’État : Les obligations d’État se situent à l’autre extrême. Ils sont délivrés pour une durée de plus de 18 mois.Ils peuvent être achetés entièrement ou partiellement payés et recevoir des paiements réguliers trimestriels, semestriels ou annuels. Ainsi, le montant notionnel plus le dernier coupon sont remboursés à la fin de la période de maturité.

Avant d’investir dans des bons du Trésor ou des obligations d’État, il convient de garder à l’esprit que le produit d’investissement préféré des Espagnols est le dépôt bancaire en raison de sa sécurité. Investir dans des bons du Trésor, par exemple, est plus avantageux en temps de crise, car les rendements ont tendance à être plus élevés lorsque le Trésor est en difficulté financière. Les dépôts, en revanche, peuvent offrir des rendements stables, comme on peut le voir sur le site du Credit Suisse.

infographie Lettres du Trésor

Avantages d’investir dans des obligations d’État

Un investissement sûr

L’avantage de détenir des obligations d’État dans votre portefeuille est qu’elles constituent un investissement relativement sûr, même si elles ne sont pas aussi sûres que les dépôts bancaires. La valeur des obligations a tendance à ne pas fluctuer autant que celle des actions, de sorte que l’on s’inquiète moins des fluctuations de valeur. Toutefois, si vous recherchez vraiment la sécurité, vous préférerez peut-être opter pour un compte d’épargne à long terme ou un dépôt bancaire.

Une source de revenus prévisible

Un autre avantage des obligations est la prévisibilité de leur flux de revenus. Les obligations versent un montant fixe d’intérêts deux fois par an, de sorte que vous pouvez généralement vous attendre à ce que cet argent arrive à temps. Les obligations d’État et les bons du Trésor présentent également l’avantage que les intérêts sont exonérés d’impôts à des degrés divers.

Investir dans la société

Certains investisseurs préfèrent également les obligations municipales car elles offrent la possibilité d’investir localement. En investissant dans des obligations municipales, vous pouvez contribuer à améliorer le système scolaire local, à construire un hôpital ou à créer un jardin communautaire. C’est cet aspect social, et la possibilité que les intérêts soient totalement exonérés d’impôts, qui a conduit certains investisseurs à abandonner les taux d’intérêt élevés des autres obligations d’entreprise et à investir dans des obligations d’État.

Les obligations sont-elles risquées ?

Les investisseurs conservateurs préfèrent les obligations aux actions car elles constituent un actif moins risqué. Après tout, si vous émettez une obligation et la conservez jusqu’à l’échéance, vous obtiendrez théoriquement votre argent et le taux d’intérêt contractuel, à moins que l’obligation ne soit émise avec un rendement négatif. Si, en revanche, vous décidez d’investir en bourse et d’acheter des actions, vous ne saurez pas combien d’argent vous gagnerez avant la fin de la transaction.

Toutefois, les actifs à revenu fixe, tels que les obligations, comportent également leurs propres risques. Par exemple, si vous voulez vous débarrasser d’un actif sur le marché secondaire avant son échéance, vous pouvez le vendre à un prix inférieur à sa valeur nominale ou le vendre à prime pour réaliser un bénéfice plus élevé.

Ce sont les risques associés aux obligations.

  • Risque de crédit : Le risque que l’émetteur de l’obligation ne soit pas en mesure de respecter ses obligations de paiement envers les détenteurs d’obligations. Les obligations d’entreprise présentent un risque de crédit plus élevé que les obligations d’État.
  • Risque de marché : la possibilité que la valeur des obligations baisse en raison d’une hausse des taux d’intérêt.
  • Risque de change : Pour les obligations libellées dans la monnaie locale, le taux de change de la paire de devises peut affecter le rendement final des obligations.
  • Risque d’inflation : Le risque que le taux d’inflation augmente plus rapidement que le coupon de l’obligation et que le rendement de l’obligation ne soit pas égal ou supérieur au taux d’inflation, ce qui entraîne un rendement réel négatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is registered on wpml.org as a development site.