L'investissement et ses conseils empoisonnés


Les médias sociaux sont un nid de prétendus experts boursiers donnant des conseils empoisonnés qui peuvent vous priver de beaucoup d’argent.

« Voulez-vous apprendre à gagner des revenus et à avoir une vie extraordinaire ? Ce genre d’annonces apparaît sur Instagram, en l’occurrence sur un compte comptant 989 000 followers, et des personnes plus ou moins célèbres distribuent des conseils comme des bonbons. « C’est comme ça que vous faites une bonne affaire, vous rentrerez chez vous en pleurant sur le marché des crypto-monnaies ». Cette phrase résonne fortement dans une autre vidéo virale, cette fois sur YouTube, d’un autre supposé expert, qui utilise le supposé verbe aguantar, qui dans le langage alambiqué de ceux qui parient sur les crypto-monnaies signifie quelque chose comme : restez calme et ne vendez pas même si le marché s’effondre.

Toute personne ayant des connaissances financières peut suggérer de faire un investissement, bien que les règles de MiFID II exigent des qualifications et une expérience minimales pour les conseillers financiers, confirmées par des certificats tels que ceux délivrés par l’EFPA. Discuter de la possibilité d’acheter ou de vendre des actions d’une société ne constitue pas un abus de marché, mais la vérité est que des conseils empoisonnés sont souvent donnés, qui se propagent rapidement dans les réseaux et peuvent avoir un impact sur le prix des actions. C’est ce qui s’est passé en janvier dernier lors de l’attaque contre les membres du forum américain connu sous le nom d’affaire Reddit.

Il y a quelques semaines, la CNMV a publié une déclaration de l’Autorité européenne des marchés financiers (AEMF). Le régulateur européen, qui a rappelé que toute personne ayant l’intention d’investir dans des instruments financiers de l’UE (actions ou obligations) et adressant des recommandations au grand public doit suivre certaines règles. Ces lignes rouges sont définies dans le règlement de 2016. Elle définit que la diffusion d’informations fausses ou trompeuses par l’internet, « y compris par le biais de sites de réseaux sociaux ou de blogs non reconnus, doit être considérée comme un abus de marché, tout comme lorsqu’elle est commise par des canaux de communication plus traditionnels ».

Meilleur conseil empoisonné : Acheter d’abord, recommander ensuite

La méthode la plus courante est la méthode classique : utiliser un accès occasionnel ou régulier aux médias numériques pour conseiller à d’autres personnes où dépenser leurs économies après avoir pris une position sur l’instrument recommandé, puis liquider cette position lorsque le titre augmente. Ou, à l’inverse, de les forcer à baisser s’ils ont une position courte. Il y a tromperie si le conflit d’intérêts n’est pas divulgué au public d’une manière « raisonnable et efficace ».

Le directeur général des marchés du CNMV, Ángel Benito, a expliqué lors du forum du 3 novembre que « ceux qui préparent ou diffusent des recommandations d’investissement doivent agir avec la diligence requise pour garantir que les informations sont présentées de manière objective ». Et cela s’applique aux analystes indépendants, aux entreprises d’investissement, aux établissements de crédit ou aux personnes dont l’activité principale consiste à émettre des recommandations d’investissement. Il s’agit également de ce que l’on appelle « les experts ou les personnes prétendant avoir des compétences en matière de finances ».

La forme sous laquelle les recommandations sont présentées peut varier : une note écrite traditionnelle, une présentation, une vidéo, un enregistrement audio ou les réseaux sociaux susmentionnés. Le régulateur explique que l’identité de l’expert doit être communiquée « de manière claire et bien visible » et que l’analyse doit « distinguer les faits des interprétations » – ce qui n’est pas toujours le cas – et indiquer les sources d’information, les prévisions ainsi que la date et l’heure de l’analyse. D’autres obligations doivent également être envisagées, telles que l’explication de la méthodologie utilisée pour parvenir à certaines conclusions, l’explication de la signification de l’évaluation ou la liste des recommandations émises précédemment.

La CNMV poursuit les pratiques d’abus de marché (délits d’initiés et manipulations de marché), mais ne publie pas de données ventilées sur les affaires engagées pour des recommandations d’investissement ou sur les sanctions infligées à des personnes pour avoir fourni des recommandations trompeuses. En 2019, elle a par exemple infligé une amende de 15 000 € à un particulier pour avoir diffusé des conseils en 2016 sans s’identifier correctement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is registered on wpml.org as a development site.