La santé, l'investissement le plus important

Selon le rapport Global Thematic Funds Landscape 2021, les actifs sous gestion des fonds thématiques ont triplé en seulement trois ans, de sorte qu’ils détiennent désormais 2,1 % de tous les actifs en actions mondiales.

Selon Lipper, les actifs sous gestion des fonds investissant dans le secteur des soins de santé sont passés de 15,5 milliards d’euros à 35,5 milliards d’euros en deux ans seulement. « Si la pandémie a probablement accru cette demande, nous pensons que les tendances qui sous-tendent le secteur, notamment le vieillissement démographique et l’innovation, continueront à soutenir la croissance à long terme », déclare Erin Xie, gestionnaire de fonds chez BGF World Healthscience. Elle voit également des opportunités à court terme, par exemple dans les entreprises du secteur de la santé, qui peuvent bénéficier du retour à la normale.

Patricia de Arriaga, directrice générale adjointe de Pictet AM en Espagne, souligne que les industries connexes représentent 10 à 15 % du PIB mondial dans les économies développées, et que ce chiffre est appelé à augmenter au cours des prochaines décennies. « C’est un thème porté par la confluence de fortes mégatendances que la pandémie a accélérées, notamment l’accent mis sur les soins de santé, qui sont de nature défensive », explique-t-elle. Tazio Storni, gestionnaire des fonds Pictet Health et Pictet Biotech, qui sont régis par l’article 9 du règlement européen sur la divulgation des informations financières durables (SFDR), déclare : « Les fabricants de nouveaux vaccins pourraient être gagnants, mais pas de la manière dont les gens le pensent. Ce qui reste vraiment, c’est la création de plates-formes technologiques de validation, y compris la collaboration entre concurrents, qui a considérablement augmenté.

Fonds spécialisés

Dans la liste des produits disponibles pour les investisseurs particuliers, « nous constatons un nombre croissant de fonds spécialisés qui offrent aux investisseurs une exposition limitée à un domaine particulier du marché des soins de santé, comme les biotechnologies ou la santé numérique ». A l’autre extrémité du spectre se trouvent les nouveaux fonds thématiques, » dit Gavin Marriott, responsable des produits d’actions mondiales et internationales chez Schroders. Selon lui, cela élargit parfois l’éventail d’opportunités au-delà des valeurs traditionnelles du secteur des soins de santé, vers des domaines adjacents tels que les logiciels, la technologie matérielle et les produits alimentaires.

Adeline Salat-Baroux, gestionnaire du fonds Edmond de Rothschild Healthcare, note que de nombreux investisseurs ont changé leur approche des marchés ces dernières années car « ils veulent que leurs investissements aient un sens ». Les fonds thématiques, notamment ceux axés sur les soins de santé, répondent à ces attentes. Salat-Baroux poursuit : « Ces services existent depuis longtemps, mais connaissent une forte résurgence en raison de la forte demande des clients, notamment des détaillants, qui sont souvent bien informés sur la politique d’investissement et l’impact social.

Depuis la création de Covid, 22 nouveaux produits de bien-être ont été lancés, pour une valeur totale d’actifs sous gestion de 2,4 milliards d’euros. Outre les derniers lancements, « nous pouvons également constater que la tendance des flux vers les produits de santé a augmenté de manière significative depuis le début de la pandémie et est restée depuis lors au-dessus des niveaux d’avant la crise », déclare Álvaro Cabeza, responsable d’UBS AM Iberia. Pour le gestionnaire de fonds, les soins de santé constituent une initiative clé en matière de développement durable. C’est pourquoi, par exemple, en octobre, il a changé le nom du fonds UBS (Lux) Healthcare, lancé en mai 1998, en UBS (Lux) Sustainable Health Transformation Strategy.

Quant à DPAM Invest B Equities Newgems Sustainable, il ne se concentre pas sur un seul thème et investit également dans des sociétés de consommation et de communication, « mais la technologie et les soins de santé sont les plus importants ». Cette dernière est en fait assez large : des entreprises développant des vitamines naturelles, des médicaments (Polypeptide), des appareils de diagnostic (Heska) ou des soins médicaux (Amedisys) », explique le cabinet indépendant.

En ce qui concerne les performances de ces entreprises, Andy Acker, gestionnaire de fonds chez Janus Henderson Global Life Science and Biotechnology. En septembre, il a analysé la faible performance des petites et moyennes entreprises de biotechnologie alors que le secteur des soins de santé accumule des gains à deux chiffres jusqu’en 2021, mais il s’est montré optimiste quant à la reprise du secteur des soins de santé au niveau mondial. « Comme le marché boursier en général, les valeurs des dispositifs médicaux ont connu une certaine volatilité au troisième trimestre. Toutefois, des valorisations attrayantes, la poursuite de l’innovation et l’augmentation des activités de fusion et d’acquisition pourraient contribuer à soutenir le secteur », estime M. Acker.

GESTION PASSIVE : SÉLECTION D’INDICES

Selon les données de Global X, les ETF du secteur de la santé réglementés par l’UE ont enregistré des entrées nettes de 1,125 milliard d’euros depuis le début de l’année jusqu’au 31 octobre. Morgane Delledonne, responsable de la recherche chezles ETF thématiques, note que « la sélection de l’indice dépend en fin de compte des objectifs des investisseurs, qu’ils souhaitent se concentrer sur un sous-thème (par exemple, la génomique ou la santé numérique) ou gagner en pertinence par rapport à des thèmes plus larges (la biotechnologie ou l’innovation dans les soins de santé). » En outre, les méthodologies d’indexation sont importantes pour l’exposition aux niches. « Les fonds communs de placement pondérés par la capitalisation boursière laissent le marché déterminer les gagnants dans ce thème, tandis que les fonds pondérés équilibrés achètent les perdants et vendent les gagnants en fonction du rééquilibrage », dit-il.

L’Invesco Nasdaq Biotech Ucits ETF permet une exposition à un indice d’actions sectoriel de référence, mais il filtre les sociétés qui doivent satisfaire à des exigences minimales en matière de capitalisation boursière et de liquidité, et limite également la pondération maximale à 8 % pour éviter une surexposition à une seule action.

L’iShares Healthcare Innovation Ucits ETF, quant à lui, offre une exposition aux deux plus grandes tendances : les avancées technologiques et les changements démographiques.

ESPAGNOL : DIVERSIFICATION ET CROISSANCE

« Le secteur de la santé est un secteur de croissance à moyen et long terme en raison du vieillissement de la population, ce qui signifie que la demande potentielle est en constante augmentation », déclare Jordi Más, gestionnaire du fonds CaixaBank Multisalud. Qui, dit-il, était aussi l’un des fonds « les plus riches en actifs »avant la pandémie.

C’est l’un des « secteurs les plus méconnus en termes de sous-segments, et l’un des aspects positifs est la grande diversification qu’il nous offre », note Elena Rico, directrice de Renta 4 Megatendencia Salud. Le segment des technologies médicales « est l’un des plus attractifs en termes de taux de croissance des revenus, de marges, de faible niveau d’endettement et d’importants investissements dans l’innovation ».

Le gestionnaire d’Imantia Futuro Healthy estime que « pour les investisseurs particuliers, toute entreprise qui s’occupe de l’amélioration de la qualité de vie (progrès médicaux, allongement de la durée de vie, meilleure alimentation, sports) est intéressante ».

LA CHINE : LE MARCHÉ LE PLUS PROMETTEUR

Au cours des cinq dernières années, le secteur des soins de santé en Chine a connu une croissance moyenne de 15 à 20 % par an, les dépenses de santé augmentant plus rapidement que le PIB. Par conséquent, le fonds Invesco China Healthcare Equity Fund investit dans ce marché, qui pourrait croître sur le long terme grâce à la hausse de la demande de services de santé qui bénéficie de la croissance de la classe moyenne et du vieillissement de la population du pays : d’ici à 2050, il y aura plus de personnes âgées que d’enfants dans le pays.

Les deux principaux moteurs du secteur, selon le dirigeant, sont les progrès de la courbe technologique des soins de santé et la réforme des soins de santé en Chine, « avec un potentiel de croissance extraordinaire lié à l’arrivée de nouveaux médicaments ».

UBS AM a également lancé cette année un fonds China Health Care, démontrant ainsi son intérêt pour le secteur des marchés émergents.

L’INNOVATION : QUE RÉSERVE L’AVENIR À COVID-19 ?

Chez Carmignac, l’innovation se retrouve dans plusieurs secteurs et l’un des préférés de Mark Denham, responsable des actions européennes, est la santé, actuellement le secteur le plus important du portefeuille de Carmignac Patrimoine Europe.

Plus précisément, il représente 15 à 20 % du portefeuille avec une exposition à trois secteurs : les grands produits pharmaceutiques, la biotechnologie et la technologie ou les dispositifs médicaux. En effet, ses responsables ont toujours trouvé des opportunités dans ces domaines, même avant l’apparition du coronavirus.

Ils soulignent que « le fonds a été très peu exposé à Covid-19 parce que de nombreuses actions impliquées dans la recherche de vaccins, comme Moderna, se trouvent aux États-Unis, alors que le fonds se concentre sur l’Europe. Pourtant, nous avons des entreprises impliquées dans la lutte contre Covid, comme AstraZeneca, mais nous avons ajouté ce nom pour d’autres raisons ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is registered on wpml.org as a development site.