L'innovation et la numérisation pour relever les défis de la durabilité

L’urgence climatique, la nécessité de s’adapter à la transformation numérique accélérée par la pandémie et l’engagement en faveur du nouveau contrat social mondial établi par les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU pour 2030 placent la durabilité au premier plan de la stratégie des entreprises. C’est ce qu’ont souligné les experts réunis lors de la session « La durabilité comme stratégie de création de valeur à long terme », organisée par Diálogos en La Vanguardia en collaboration avec EY.

La table ronde, qui s’est tenue la semaine dernière au Círculo Ecuestre de Barcelone, a été « une démonstration de l’engagement en faveur de la durabilité dans l’ensemble des entreprises, qu’il s’agisse de sociétés cotées en bourse, d’entreprises familiales centenaires ou de jeunes pousses », selon Joan Tubau, associé responsable de l’audit chez EY et coorganisateur de l’événement avec Antonio Capella, associé responsable de la durabilité au sein du même cabinet professionnel.

Grands et petits

Les participants se sont accordés sur l’engagement en faveur de la durabilité dans l’ensemble des entreprises.
Ils ont été rejoints par le directeur financier de Cellnex, José Manuel Aisa, le directeur financier de Sorigué, Jordi Gil, la présidente et directrice générale de Girbau, Mercè Girbau, la directrice générale de La Farga, Inka Guixà, et le fondateur et directeur général d’Enerside Energy, Joatham-John Grange Sabaté.

Antonio Capella souligne que les tendances en matière de durabilité « jouent un rôle de plus en plus important dans les organes de gouvernance en raison de la demande croissante des parties prenantes, de l’engagement envers l’Agenda 2030 et de la numérisation des informations non financières ».

EY recommande aux entreprises de « définir une stratégie, d’analyser leur impact financier et leur résilience, de rationaliser les processus de production et de faire preuve de transparence, car les investisseurs, les actionnaires et les marchés sont convaincus que la durabilité aura un impact positif et ils veulent en être informés », explique Joan Tubau.

La demande des investisseurs est importante », convient José Manuel Aisa, directeur financier de Cellnex. Les actionnaires « veulent connaître en détail chaque plan spécifique, par exemple, sur l’empreinte carbone ou l’installation de panneaux solaires sur les tours ». Explique le directeur financier de cet opérateur d’infrastructures de télécommunications, fondé il y a six ans, coté sur le marché boursier espagnol et inclus dans les indices Ibex 35 et EuroStoxx 100.

Les objectifs de durabilité sont déjà au cœur de la stratégie et offrent des avantages concurrentiels.
José Manuel Aisa considère la durabilité comme « un véritable changement dans la prise de décision ». « Nous sommes obligés de la soutenir et nous la prenons très au sérieux », insiste-t-il, soulignant la présence de l’entreprise dans les principaux indices de durabilité tels que le Carbon Disclosure Project, Sustainalytics, FTSE4Good, MSCI et Standard Ethics.

La durabilité crée de nombreuses opportunités commerciales, comme le dit Joatham-John Grange Sabaté, fondateur et PDG d’Enerside Energy, qui se concentre sur la « production d’énergie renouvelable ». Il estime avoir un « avantage », car son entreprise « est née dans un champ vert » et fait partie d’un secteur qui « mènera le changement », ce qui lui permet d’accroître sa clientèle tout en devenant un « pôle d’attraction pour les talents ».

Consensus

Les investisseurs, les actionnaires et les marchés sont convaincus que la durabilité aura un impact positif.
Il souligne toutefois que si les performances environnementales constituent le « pur ADN » de l’entreprise, celle-ci doit également s’efforcer d’atteindre ses objectifs en matière de responsabilité sociale et de gouvernance. « Comme nous sommes dans l’énergie solaire, la partie environnementale est une évidence pour nous, mais depuis 2013, nous nous sommes concentrés sur la gouvernance d’entreprise, une partie moins évidente où nous avons fait des progrès significatifs. »

Il souligne également que « les aspects sociaux sont particulièrement importants lors de l’introduction de nouvelles formes de production d’énergie renouvelable, qui ont un impact majeur sur les communautés locales à tous les niveaux ». « Nous avons tous beaucoup de travail à faire », reconnaît Grange Sabaté.

Retourner à

Les entreprises présentes depuis des décennies ont également placé la durabilité au cœur de leur stratégie, en soulignant les avantages concurrentiels qu’elle apporte. « Si vous agissez de manière éthique, vous obtenez un retour. Il vous aide à trouver des talents et des investissements« , souligne le directeur de la gouvernance et des finances de Sorigué.

Toutefois, Jordi Gil souligne que cette position privilégiée « ne s’obtient pas du jour au lendemain ». Même ceux qui l’ont « dans leurs gènes », comme c’est le cas de cette entreprise de services municipaux et de construction avec plus de 65 ans d’histoire et une équipe de plus de 4 500 personnes dédiées à l’économie circulaire et aux énergies renouvelables, n’ont pas à « avancer encore plus loin » dans la durabilité.

Impact positif

Selon le président-directeur général de Girbau, « expliquer l’objectif de créer un impact positif sur les personnes et la planète » est la première étape pour aller de l’avant. Selon Mercè Girbau, « la durabilité est étroitement liée à l’innovation« . Dans son cas, elle se concentre principalement sur « l’utilisation d’équipements de lavage industriel par les clients », « en co-innovant avec les clients ou dans des projets communs avec le secteur textile pour donner une seconde vie aux vêtements », révèle l’entrepreneuse.

Glasgow doit fournir le cadre réglementaire nécessaire aux sociétés de financement.
La directrice générale de La Farga, Inka Guixà, souligne que dans son entreprise familiale, qui a 213 ans d’histoire, le concept est « très interne ». Elle définit son entreprise comme « une industrie métallurgique qui travaille avec le cuivre, qui est un matériau recyclable à 100 % ». Le « tournant » qui l’a poussé à « briser le moule » et à proposer ce matériau sur le marché a été la « faillite » de son entreprise dans les années 1980, dont il a réussi à sortir « sur la base de la durabilité et de l’innovation ».

La Farga veut maintenant « aller plus loin » et « convaincre l’industrie » des avantages de ce matériau, révèle Inka Guixà. « Tout le monde pense à la décarbonisation, mais il est très difficile de changer les matériaux », déplore-t-elle. Selon cette directive, il est difficile d’exprimer l’idée que « les activités durables n’ont pas toujours un rendement économique ». « Nous devons être prêts à perdre, car ce défi exige un effort brutal », prévient-elle.

Organisé par

La table ronde a été, selon Joan Tubau, « une démonstration de l’engagement en faveur de la durabilité dans tout le spectre des entreprises, des sociétés cotées en bourse aux entreprises familiales centenaires et aux entreprises émergentes ».
La pandémie est devenue un « miroir » qui a montré l’entreprise « se perdre dans la recherche du moins cher à l’autre bout du monde », regrette le directeur général de La Farga. Mme Guixà pense que maintenant « les choses vont commencer à changer » et que « les fonds européens peuvent être une opportunité brutale si l’on cherche un impact réel », souligne-t-elle, tout en étant favorable à « forcer le changement par la législation ».

Les décisions prises lors du sommet de Glasgow « créeront un cadre réglementaire », prédit Joan Tubau, associé d’EY en charge de l’audit. L’expert attend ces obligations avec optimisme car « le monde financier exige des règles claires et stables afin de disposer d’un environnement sûr à long terme et de pouvoir faire des prévisions ».

Les entreprises espagnoles sont de plus en plus conscientes des critères ESG et s’y conforment.
« De moins en moins d’entreprises négligent la durabilité, car le monde financier, qui veut minimiser les risques et rechercher des opportunités, est de plus en plus exigeant sur les questions ESG (environnementales, sociales et de gouvernance). Il devient un grand catalyseur », affirme Antonio Capella, associé en charge de la durabilité, auquel Aisa ajoute qu’il est également nécessaire d’unifier « les critères comptables qui nous font tous parler le même langage en matière de durabilité ».

Le secteur financier « a bougé parce que les gens le voulaient. Si les gens le demandent, tout va à contre-courant », souligne Mercè Girbau.  » La recette pour parvenir à la durabilité passe par  » la technologie, l’innovation et une réelle orientation sociale pour être plus rentable, attirer plus de talents et être compétitif « . Nous sommes confrontés au plus grand défi que l’humanité ait eu à relever depuis sa création », conclut Joan Tubau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is registered on wpml.org as a development site.