jeu. Juil 28th, 2022
L'esprit d'entreprise contre la hausse des prix à Miranda de Ebro

Entrepreneuriat contre la hausse des prix à Miranda de Ebro

L'esprit d'entreprise contre la hausse des prix à Miranda de Ebro

L’augmentation exponentielle du coût des produits et des marchandises ne touche pas seulement les grandes entreprises, mais aussi les commerces et constitue une menace sérieuse pour les sociétés. Même si elle finit par être couronnée de succès, comme ce fut le cas pour le nouveau commerce qui ouvrira ses portes ce week-end sur la Plaza de Abastos.

Après la fermeture du seul établissement spécialisé dans la vente de morue à Gaitán, situé dans la rue Ramón y Cajal à Miranda de Ebro, Belén Ruiz, propriétaire de Huevería Nicolás, a vu l’opportunité d’étendre son activité. « J’ai remarqué qu’il y avait encore de l’intérêt pour cette morue et j’ai décidé de l’inclure dans mon offre et de reprendre l’étal voisin, qui était fermé », dit-elle. Cependant, des hausses de prix exorbitantes pour la grande majorité des produits et d’autres problèmes ont sérieusement menacé l’ouverture : « Nous avons hésité à ouvrir parce qu’en fin de compte, quand vous vendez de l’électricité, du diesel, de la nourriture… vous devez obtenir tout cela de quelque part, dit-il.

L’augmentation est évidente « à tous les niveaux ». Aussi bien les produits des grandes entreprises comme Danone ou Pascual, que les œufs que mon frère importe de Sagredo ». Malgré tout, le projet se poursuit et Belén espère pouvoir servir le public « d’ici samedi ».

Cette nouvelle ouverture sur la Plaza de Abastos à Miranda va également favoriser le développement des autres stands. « C’est très visible quand de nouveaux stands sont ouverts, parce que ceux qui vont acheter dans mon épicerie, par exemple, passent aussi devant d’autres commerces et peuvent acheter leurs produits, et c’est le but, qu’au final on puisse acheter sans quitter la place ». L’importance des nouveaux points de vente ne réside pas dans l’occupation du nouvel étal, mais dans le fait que « il est moins vide », de sorte que tout l’environnement du marché« s’anime » : « Quand vous voyez de la lumière, vous voyez du mouvement… les gens sont plus motivés pour venir », dit le commerçant.

Contrairement à la grande majorité des entreprises, la pandémie a profité au Mercado de Abastos car « beaucoup de nouvelles personnes plus jeunes sont venues ici ». Craignant la possibilité de contracter la maladie dans les grands supermarchés, « ils nous ont rencontrés et sont restés sur la place une fois qu’ils ont goûté à la qualité des produits que nous vendons », dit Belén.

La Plaza de Abastos a une forte valeur ajoutée pour la ville. Belén les considère comme le « centre » de toute ville : « Quand je voyage quelque part, j’ai l’habitude de visiter le marché local, je pense qu’ils sont les symboles des villes. Ce sont des endroits où vous pouvez trouver des produits locaux qui vous aident à connaître toute la région, ce qu’aucun supermarché ne peut vous offrir », dit-elle.

Belén travaille au marché Miranda depuis 23 ans et, malgré le temps qui passe, elle n’a pas perdu sa passion : « J’aimais ça quand j’aidais ma mère et j’aime ça maintenant. Être devant le public, parler aux gens, fixer des objectifs de vente, la confiance que le client vous témoigne… J’aime tout ça. »C’est cet amour du travail qui alimente son désir de s’améliorer et d’offrir des produits de plus en plus performants, « J’essaie tout ce qu’ils m’apportent parce que je veux offrir un bon produit, que vous pouvez trouver dans notre Plaza de Abastos », conclut Belén.

Les voyages seront plus chers, mais l’excellence du service sera plus appréciée.

Les voyages d’affaires montrent des signes de reprise, mais la flexibilité reste un facteur essentiel de la résurgence des voyages, les entreprises étant de plus en plus conscientes de l’empreinte environnementale de leurs déplacements. Cela a été confirmé lors du Forum sur les voyages d’affaires du SMT (Sommet de l’innovation touristique), dont les participants ont conclu que « les voyages deviendront certainement plus chers à l’avenir », comme l’a souligné Ricardo Crespo, directeur des voyages et des congrès chez AbbVie. Bien que ce que les entreprises et les grands voyageurs apprécient le plus aujourd’hui soit, comme l’a souligné Asunción Pérez, directeur des ventes pour l’Espagne chez Air France-KLM, « l’excellence du service par rapport au prix, notamment en termes de sécurité et de rapidité des procédures ».

Comme l’a souligné Ricardo Crespo, l’augmentation des prix des voyages d’affaires est due à la hausse des prix du carburant et à la réduction de la fréquence des vols. Cela signifie « un problème pour les employés qui ont moins d’options lorsqu’il s’agit d’organiser leurs déplacements ». Pour sa part, Asunción Pérez s’engage à « pouvoir améliorer l’expérience aéroportuaire ».

Le directeur exécutif a défendu avec force la nécessité des déplacements professionnels pour l’activité économique et la création de richesse. Il a également fait une prédiction sur les temps à venir:« Les agences vont cesser de faire des réservations. Les machines le feront et les agents deviendront de véritables consultants.

Mais la politique des voyages a un problème, comme le reconnaît Irene Manrique, responsable du tourisme chez BBVA, « car la situation n’est pas stable et il est très difficile de la prévoir ». Le directeur a également souligné l’importance d’écouter les voyageurs afin de répondre à leurs besoins.

Le secteur hôtelier tente de s’adapter à ces besoins et, comme le dit Francisca Mérida, directrice des ventes aux entreprises chez Meliá Hotels International, « en peu de temps, il a beaucoup progressé d’un point de vue technologique »Cette évolution se traduit par des services plus agiles, plus rapides et plus personnalisés.

La durabilité est de plus en plus présente
Tous les participants à la session sur l’avenir du tourisme d’affaires, préparée et conduite par MeetIN et Forum Business Travel, ont convenu que les programmes de voyage prennent de plus en plus en compte les critères environnementaux comme une priorité.

Selon Rebecca Avila, responsable de la RSE (responsabilité sociale des entreprises) chez Accor pour l’Europe du Sud, « il est bon de compenser les émissions, mais nous pouvons aussi réfléchir à la manière de les éviter. C’est un grand changement de mentalité. Il nous oblige à repenser la manière dont nous modifions notre offre« .

Il a ajouté que « la responsabilité d’une planète plus durable concerne tout le monde ». Il a toutefois recommandé de ne pas se concentrer uniquement sur les émissions : « Nous devons également travailler sur l’égalité, la diversité, l’inclusion et le développement économique des groupes les plus défavorisés ».

Le rôle des employés

Les employés eux-mêmes jouent un rôle clé dans le renouvellement des voyages d’affaires. En période d’incertitude, d’insécurité et de confusion, le travail des managers pour améliorer leur motivation est crucial.

Il n’est pas surprenant que, selon Nieves Rodríguez, fondatrice de Fastracktorefocus Coaching, experte en motivation professionnelle et en leadership des personnes. 70% des entreprises échouent dans leurs initiatives de changement, les employés ne sont productifs que 50% du temps et seulement 41% de la journée de travail est consacrée à des tâches réellement importantes.

Pénuries et hausse des prix à Noël, selon les avertissements

La crise mondiale des matières premières et les problèmes de transport par conteneurs, notamment en provenance d’Asie, ont affecté Ceuta, où des pénuries sont attendues pendant la campagne de Noël et où les prix devraient augmenter considérablement dans les semaines à venir.

Les commerçants, entrepreneurs et transporteurs contactés avertissent qu’il est important d’acheter à l’avance, notamment les jouets, l’électronique et les ordinateurs.

Cette situation est généralisée dans tout le pays, mais à Ceuta, elle est encore plus compliquée en raison de sa situation géographique, ce qui signifie que les délais habituels de livraison des produits sur le continent sont toujours plus longs de sept jours. Cela pourrait poser des problèmes aux consommateurs locaux pendant la période des achats de Noël si des retards se produisent en raison de l’allongement des délais de livraison à Ceuta.

Selon le président du Confederación de Empresarios de Ceuta, Pepe Dhanwani, bien que la pénurie de produits dans les magasins de la ville ne soit pas perçue pour le moment, il faut s’y attendre : « Les prévisions sont alarmantes, les coûts de production élevés, les prix de l’énergie, la hausse des coûts de transport et l’augmentation de la demande font qu’il y aura des pénuries de certains produits dans la ville, mais pas de tous, ni même de façon radicale ».

Dhanwani explique que les pénuries de produits concerneront principalement les jouets et l’électronique : « Il y aura des pénuries de certains jouets, de certains téléphones portables, de consoles de jeux… mais pas de tous ces produits, dit-il.

Les employeurs de Ceuta sont généralement inquiets pour le moment, car ils craignent que le retard n’arrive juste à temps pour Noël et que cela n’affecte considérablement la campagne.

« Certains hommes d’affaires organisent déjà leurs magasins pour s’approvisionner en marchandises, d’autres compenseront la pénurie de certains produits par des produits similaires, mais il y aura certainement des pertes et cela fera mal, d’autant plus que nous devrions connaître une reprise », déclare le président des hommes d’affaires.

La ville est également très préoccupée par la hausse des prix attendue dans les semaines à venir en raison de multiples facteurs tels que l’augmentation de la demande, la hausse des prix de l’énergie et l’augmentation des coûts de transport. « Les prix vont augmenter et, dans de nombreux cas, lorsqu’un homme d’affaires voit qu’il n’a pas de stock d’un produit, il l’achètera par l’intermédiaire d’entreprises qui le livrent par avion, ce qui augmentera encore le coût », dit Dhanwani.

Cependant, la Confédération des employeurs de Ceuta insiste sur le fait que le commerce local doit être soutenu dans cette nouvelle crise qui s’annonce : « Il est important que les habitants de Ceuta achètent dans leur propre ville, qu’ils le fassent occasionnellement, mais qu’ils n’aillent pas faire leurs courses à l’étranger car cela peut être très dommageable pour le secteur et ensuite nous nous gratterons la tête lorsque nous verrons des entreprises fermer leurs portes », a-t-il prévenu.

Pénurie de boissons alcoolisées de marque sur le marché britannique

En ce qui concerne l’approvisionnement en boissons, les commerçants de Ceutí ont averti que les pénuries seront particulièrement évidentes pour les spiritueux provenant du marché britannique, en raison des problèmes d’approvisionnement dont souffre le pays. Toutefois, ils lancent un message de calme à cet égard : « Nous ne pensons pas qu’il y aura une pénurie de boissons alcoolisées pour trinquer à cette période de fêtes. Les fournisseurs locaux et nationaux compenseront les pénuries par d’autres marques. Nous n’aurons peut-être pas toutes les marques de boissons populaires, mais il y aura beaucoup de choix », déclare le président des hommes d’affaires de la ville.

Pour sa part, le président du Centro Comercial Abierto de Ceuta, Juan Torres, a exprimé la préoccupation des commerçants du centre-ville et de la vieille ville qui vendent des jouets, des produits numériques, du matériel informatique, des vêtements et des chaussures. Selon M. Torres, tout indique qu’il y aura une pénurie de produits dans la ville, et il conseille aux acheteurs de faire leurs achats à l’avance, surtout s’ils cherchent des jouets ou veulent quelque chose de spécifique. « Cette année, il ne faut pas laisser les achats à la fin, car vous risquez de ne pas trouver le jouet que vous cherchez, surtout s’il est fabriqué en Asie ou s’il s’agit d’un des plus populaires », prévient M. Torres.

Malgré les mauvaises prévisions, Juan Torres estime que la situation n’est pas aussi dramatique que pendant la pandémie, lorsque l’offre était abondante mais la demande inexistante. « Maintenant les gens veulent acheter, le problème était il y a quelques mois quand les magasins étaient pleins de choses et que personne ne venait acheter », explique-t-il.

Faire venir un conteneur d’Asie coûtait auparavant 3 000 euros, aujourd’hui le prix est supérieur à 18 000 euros.

En ce qui concerne le transport de marchandises, Luis de la Rubia, directeur de Marítima del Estrecho de Ceuta, a confirmé la mauvaise situation du secteur en ce qui concerne le transport de produits en provenance d’Asie, bien qu’il ne pense pas que le problème affecte les produits de première nécessité tels que les aliments.« Nous ne devons pas nous inquiéter parce qu’il y aura un manque d’aliments ou de produits de première nécessité, ce que nous verrons, c’est une pénurie de marchandises en provenance d’Asie, mais à Ceuta, dans toute la péninsule et dans le reste de l’Europe ; ce n’est pas seulement un problème local », explique-t-il.

De la Rubia souligne qu’au cours des derniers mois, le prix des conteneurs dans lesquels les marchandises sont expédiées depuis l’Asie a augmenté de 2 000 % :  » Avant, un conteneur coûtait environ 3 000 euros par expédition, aujourd’hui, le même conteneur coûte un montant exorbitant de 18 000 euros « . Cela signifie que pour de nombreux fournisseurs de jouets, par exemple, il n’est pas rentable de livrer des produits, d’autres sont retardés et seules les grandes entreprises peuvent continuer à fonctionner normalement et à supporter les coûts, »dit le directeur.

« Au niveau local, il se passera la même chose que dans le reste de l’Espagne. S’il y a un manque de jouets à Huelva, il y aura un manque de jouets à Ceuta. Ce que je pense que nous allons voir et enregistrer est une augmentation significative des prix, » prévient De la Rubia. Il ajoute que cette situation ne va pas se résoudre à court terme, et prévient d’une évolution négative à cet égard dans les prochains mois, parlant même de problèmes d’approvisionnement au premier semestre 2022.

« La pénurie de produits et la hausse des prix ne seront pas résolues à court terme, et tout indique que la situation va empirer, je comprends donc que les autorités devront prendre des mesures », conclut-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is registered on wpml.org as a development site.