jeu. Juil 28th, 2022

Créer une entreprise en Europe vous donne automatiquement accès à l’un des plus grands centres d’affaires du monde, doté d’une infrastructure solide, d’une protection juridique forte et d’une main-d’œuvre qualifiée. L’UE est la deuxième plus grande économie du monde, avec un PIB nominal de 15,6 billions de dollars, et reste le plus grand bloc commercial. Le classement « Ease of Doing Business » de la Banque mondiale place neuf pays européens parmi les 20 premiers en 2020. En conséquence, l’Europe reste l’une des options les plus attrayantes pour les investissements internationaux et les créations d’entreprises.

Faire des affaires dans l’UE vous donne accès à un marché unique sans restriction pour les importations et les exportations, à une main-d’œuvre qualifiée à des prix équitables, à des coûts commerciaux faibles et à une monnaie unique. Tous les pays de l’UE offrent des niveaux extraordinaires d’incitations économiques et fiscales aux entrepreneurs nationaux et étrangers, mais voici le palmarès de la Banque mondiale pour chaque catégorie de pays.

Les trois premiers pays européens dans chaque catégorie, par ordre décroissant de score.

  • Facilité de faire des affaires : Danemark, Suède et Lituanie.
  • Créer une entreprise : Grèce, Estonie et Irlande.
  • La fiscalité et l’imposition : Irlande, Danemark, Finlande.

Sur la base de ces critères et d’autres encore, voici cinq pays à prendre en considération pour créer une entreprise dans l’UE.

Suède

Selon la liste des « meilleurs pays pour faire des affaires » établie par le magazine Forbes, la Suède arrive en tête des pays souverains de l’UE. Sa vaste et compétitive économie de marché libre et sa combinaison sophistiquée de systèmes sociaux matures en font une destination d’investissement solide, riche et attrayante, avec un taux de croissance moyen du PIB de 2,71 et le plus grand excédent de la balance courante en Europe, actuellement de 4 % du PIB. Les investissements dans le secteur de la construction sont ce qui stimule le plus l’économie, et les investissements étrangers sont les bienvenus. En fait, la Suède reste l’un des principaux bénéficiaires des investissements étrangers. En tant que plus grand marché de Scandinavie, la Suède peut offrir des opportunités commerciales uniques … Elle peut également offrir aux entreprises des installations de recherche de classe mondiale et des infrastructures bien développées. Le gouvernement prévoit d’investir 56 milliards d’euros dans le développement des infrastructures au cours des dix prochaines années.

Les citoyens hors UE/EEE (Union européenne ou Espace économique européen) qui créent une entreprise ou une société en Suède doivent d’abord obtenir un permis de séjour pour pouvoir résider légalement en Suède. Comme dans les autres pays de l’UE, un permis de travail n’est pas nécessaire. Pour obtenir un permis de séjour, vous devez prouver que vous possédez au moins 50 % de l’entreprise et que celle-ci est rentable et capable de subvenir à vos besoins et à ceux de votre famille. Vous devez également démontrer que vous êtes expérimenté, qualifié pour diriger l’entreprise et que vous disposez d’un capital suffisant pour la faire décoller. Vous devrez soumettre un plan d’affaires détaillé, qui sera examiné par le département de l’immigration. Si votre demande est approuvée, vous obtiendrez un permis de séjour probatoire de deux ans.

créer une entreprise en Suède Suède stockholm europe

Danemark

La Banque mondiale classe le Danemark au premier rang en Europe en termes de « facilité à faire des affaires ». Son système économique est similaire à celui de la Suède voisine, avec une économie de marché et de solides programmes sociaux. Malgré l’importance qu’il accorde au bien-être social, il est le septième pays le plus favorable au capital dans le monde. Outre la facilité d’entrée pour les investisseurs étrangers, le Danemark présente des avantages uniques en termes de ressources humaines. Tout d’abord, le Danemark compte un grand nombre de professionnels multiculturels, dont la plupart parlent anglais. Deuxièmement, grâce à la souplesse de la législation du pays, le processus d’embauche et de licenciement est très simple et évite la plupart des procédures bureaucratiques connues dans certains pays occidentaux. L’infrastructure n’est pas moins bonne qu’en Suède. Dans des domaines spécifiques, le Danemark est l’un des principaux centres mondiaux de biotechnologie et de sciences de la vie et un centre d’innovation dans l’industrie alimentaire. En outre, de nombreux secteurs restent attractifs pour les investissements, comme l’éducation, les médias et les transports publics. Les faibles taux d’intérêt et la croissance économique stable encouragent les entreprises à se développer, à s’étendre et à ouvrir des activités au Danemark.

créer une entreprise en europe danemark

République tchèque

Pour les jeunes entreprises, les sociétés établies et les filiales de sociétés établies, la République tchèque est une étoile montante. En tant que membre de l’Union européenne, le pays est très bien situé au cœur de l’Europe. Elle possède l’un des meilleurs réseaux de transport d’Europe centrale et orientale et constitue une importante plaque tournante pour le transit, la communication et les connexions entre l’Europe et l’Europe occidentale, orientale et centrale. Elle a également l’un des taux d’imposition les plus bas de l’Union. Pour les entreprises, un paiement unique peut réduire le taux d’imposition unique de 60%, avec un taux d’imposition effectif d’environ 6-9%. La location de bureaux réels ou virtuels est également bon marché par rapport aux normes mondiales, les bureaux à louer à Prague étant 90% moins chers qu’à Hong Kong. Enfin, la République tchèque a le taux de chômage le plus bas d’Europe (1,91%). De nombreux travailleurs qualifiés sont anglophones, ce qui peut être un grand avantage pour le développement de votre entreprise. LEAF aide depuis longtemps les entreprises internationales à pénétrer de nouveaux marchés. Lors du COVID-19, nous avons aidé cinq start-ups à entrer en Europe. La République tchèque est une destination d’investissement attrayante car elle offre plus de choix et plus de possibilités d’expansion que le Danemark ou la Suède.

créer une entreprise en europe république tchèque karlovy vary

Irlande

La Banque mondiale a désigné l’Irlande comme le pays dont le régime fiscal sera le plus favorable en 2020. Les entreprises bénéficient également d’avantages fiscaux, avec un taux d’imposition des sociétés de seulement 12,5 %, l’un des plus bas de l’UE. Le crédit d’impôt combiné sur les sociétés est de 37,5 %, ce qui constitue une incitation importante pour les jeunes entreprises. Enterprise Ireland, l’agence nationale de développement économique de l’Irlande, investit chaque année dans près de 200 jeunes pousses axées sur l’exportation. Elle a également des liens avec d’autres investisseurs irlandais et peut aider à établir des relations avec eux si nécessaire. Les jeunes entreprises irlandaises ont accès à un personnel expérimenté et techniquement avancé, à un large éventail d’investisseurs, à des installations de recherche et à des fabricants et fournisseurs pour tous les besoins de l’entreprise. L’agroalimentaire et les exportations, les sciences de la vie, les jeux, les technologies de l’information et la finance sont les principales industries.Avant la pandémie de COVID-19, l’Irlande connaissait une forte croissance, avec une croissance du PIB de 5,6 % en 2019 et une baisse de -2,3 % prévue pour 2020. L’économie irlandaise devrait se redresser avec une croissance du PIB de 2,9 % en 2021 et de 2,6 % en 2022.

créer une entreprise en europe ireland dublin

Lituanie

La Lituanie est un pays très entreprenant et cherche constamment de nouveaux moyens d’encourager les investisseurs étrangers afin d’accroître sa compétitivité sur les marchés occidentaux. La Lituanie, le plus grand des États baltes, a émergé en tant qu’économie de marché libre depuis l’effondrement de l’Union soviétique et a connu une croissance phénoménale des exportations, des salaires, du commerce et des investissements.En 2019, les cinq principaux partenaires commerciaux de la Lituanie sont la Russie, la Lettonie, la Pologne, l’Allemagne et l’Estonie. Le Royaume-Uni et les États-Unis figurent également parmi les dix premiers pays, et les États-Unis font partie des dix premiers. représente 1,23 milliard de dollars des exportations de la Lituanie. En 2020, la « facilité de faire des affaires » de la Lituanie se classait au troisième rang dans l’UE. En janvier de la même année, le gouvernement lituanien a approuvé une proposition visant à exonérer les entreprises nationales et étrangères de l’impôt sur les sociétés, à condition qu’elles investissent au moins 30 millions d’euros et créent 200 emplois. L’une des principales raisons pour lesquelles la Lituanie encourage les investissements étrangers est que le gouvernement cherche à soutenir les entreprises qui apportent plus d’emplois aux Lituaniens. Cependant, les Lituaniens sont très qualifiés, parlent souvent plusieurs langues et sont très professionnels. De plus, la main-d’œuvre est relativement bon marché, avec un salaire minimum de 607 euros par mois.

créer une entreprise en europe lituanie vilnius old town

Autres pays où créer une entreprise en Europe

Comme nous ne connaissons pas votre activité ou vos intérêts, nous avons élargi la liste et ajouté d’autres pays de l’Union européenne où il pourrait être très intéressant de créer une entreprise, afin que le climat ou le paysage ne vous empêche pas de trouver l’endroit idéal pour créer une entreprise. Cela dit, voici une liste d’autres pays idéaux pour l’entrepreneuriat en Europe.

Belgique

Pour créer une entreprise ou travailler en tant qu’indépendant, un étranger doit obtenir une carte professionnelle, qui est une qualification pour exercer des activités économiques en Belgique. Para obtener un permiso, puede ser necesario acreditar las cualificaciones (formación, conocimientos y experiencia pertinentes) y demostrar el éxito en el área de especialización. Vous devrez également démontrer que vous disposez de fonds suffisants pour démarrer et maintenir votre entreprise. Si vous souhaitez créer une société ou gérer votre propre entreprise en Belgique, vous devez vous inscrire à la Banque-Carrefour des Entreprises (BCE), le registre du commerce national pour les petites et moyennes entreprises et les entrepreneurs individuels. Il existe plusieurs guichets d’entreprises, des sociétés de conseil privées agréées par le gouvernement belge, qui peuvent vous aider à enregistrer votre entreprise auprès de la BCE, à obtenir les permis et les numéros d’identification fiscale nécessaires, et vous assister dans d’autres domaines liés à la création d’une entreprise et au travail indépendant.

créer une entreprise en europe belgique gand

Allemagne

Les étrangers qui souhaitent créer une entreprise en Allemagne peuvent obtenir un permis de séjour s’il existe des intérêts économiques prioritaires et une demande locale, si l’activité doit avoir un impact positif sur l’économie et si le financement est garanti. Les entrepreneurs étrangers peuvent obtenir un permis s’ils peuvent prouver que leur entreprise est prospère, que leurs moyens de subsistance sont stables et qu’ils disposent de revenus suffisants pour prendre leur « retraite » après 45 ans.

créer une entreprise en europe allemagne berlin

Les Pays-Bas

Les travailleurs indépendants et les entrepreneurs n’ont pas besoin d’un permis de travail aux Pays-Bas, mais ils ont besoin d’un permis de séjour (verlijf voor het verrichten van arbeid als zelfstandige) pour travailler en tant qu’indépendants. Pour obtenir ce permis, le travailleur indépendant doit prouver que son activité indépendante apporte une contribution positive à la société néerlandaise et/ou à l’économie néerlandaise.

Au lieu d’un permis de travail, vous devez demander un permis de séjour et prouver vos qualifications, votre plan d’affaires, votre capital de départ et votre intention d’être indépendant. Pour déterminer votre admissibilité à un permis de séjour en tant que travailleur indépendant ou entrepreneur, l’Office néerlandais des migrations utilise un système de points et tient compte de la contribution de votre activité aux Pays-Bas. En tant que travailleur indépendant ou entrepreneur, vous devez vous inscrire en tant que tel.

créer une entreprise en europe pays-bas utrecht

Espagne

Les citoyens non européens qui souhaitent exercer une activité indépendante ou créer leur propre entreprise doivent obtenir une carte de séjour afin de pouvoir vivre et travailler légalement en Espagne. Votre demande de carte de séjour sera approuvée si vous pouvez prouver que vous disposez de fonds suffisants pour créer une entreprise et que celle-ci peut vous faire vivre. Il doit également démontrer qu’il est qualifié pour diriger l’entreprise.

créer une entreprise en europe espagne barcelone

Royaume-Uni

Si vous ouvrez une entreprise au Royaume-Uni, vous devez disposer d’au moins 200 000 GBP à investir dans l’entreprise, ainsi que de fonds pour subvenir à vos besoins et à ceux de votre famille jusqu’à ce que l’entreprise soit rentable. Il doit également contrôler ou avoir une participation équivalente dans l’entreprise (dans le cas d’un partenariat), être employé à plein temps par l’entreprise et ne peut pas prétendre à des prestations gouvernementales ou obtenir un emploi tout en dirigeant l’entreprise. Le Royaume-Uni exige également que votre entreprise crée deux nouveaux emplois à temps plein pour des résidents ou des citoyens britanniques.

créer une entreprise en europe royaume-uni liverpool

Classement des meilleurs pays pour créer une entreprise dans l’UE

Les données pour les classements suivants sont dérivées du score de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale. Les pays ont été sélectionnés dans trois catégories : la facilité de faire des affaires, la facilité de créer une entreprise et la facilité de payer des impôts. Tous les scores sont calculés sur une échelle de 100 points, 100 étant le score le plus élevé et 0 le plus bas.

Pays de l’UEFacilité à faire des affairesCréer une entreprisePayer des impôts
Autriche78.783.283.5
Belgique75.092.378.4
Bulgarie72.085.472.3
Croatie73.685.381.8
Chypre73.49285.5
Tchécoslovaquie76.382.181.4
Danemark85.392.791.1
Estonie80.695.489.9
Finlande80.293.590.9
France76.893.179.2
Allemagne79.783.782.2
Grèce68.49677.1
Hongrie73.488.280.6
Irlande79.094.494.6
Italie72.986.864
Lettonie80.394.189
Lituanie81.693.388.8
Luxembourg69.688.887.4
Malte66.188.276.2
Pays-Bas76.194.387.4
Pologne76.482.976.4
Portugal76.590.983.7
Roumanie73.387.785.2
Slovaquie75.684.880.6
Slovénie76.59383.3
Espagne77.986.984.7
Suède82.093.185.3

Taux d’imposition de l’UE

Les données utilisées pour le classement ci-dessous sont tirées de la rubrique « Tax rates in Europe » de Wikipedia, où les pays de l’UE sont classés par ordre alphabétique dans trois catégories : impôt sur les sociétés, taux maximal d’imposition sur le revenu et taux normal de TVA. Les cinq pays européens ayant les taux d’imposition les plus bas sont (dans l’ordre) la Hongrie, la Bulgarie, Chypre, l’Irlande et la Lituanie.

Pays de l’UEImpôt sur les sociétésLe taux maximal de l’impôt sur le revenuTaux de TVA standard
Autriche25%55%20% (taux réduits 10% + 13%)
Belgique29% (25% à partir de 2020. Pour les PME, 20 % à partir de 2018 sur les 100 000 premiers euros de bénéfices).50% (à l’exclusion des 13,07% de sécurité sociale payés par le salarié et à l’exclusion également des 32% de sécurité sociale payés par l’employeur)21% (taux réduits de 6% et 12%)
Bulgarie10%10 % (12,9 % supplémentaires de la part du salarié pour les cotisations de sécurité sociale, c’est-à-dire l’assurance maladie, la pension et le fonds de chômage) ; et 17,9 % supplémentaires de la part de l’employeur pour diverses cotisations de sécurité sociale).20% (taux réduits 9%)
Croatie18% (taux réduit de 12% pour les petites entreprises)40% (à l’exclusion de 35,2% du montant total de l’assurance prélevée sur le revenu)25% (Taux réduits 13% + 5%) (Taux réduits 9%)
Chypre12.5%35%19% (Taux réduits 5% + 9%) (Taux réduits 9%)
République tchèque19%53,5 % (15 % d’impôt sur le revenu + 6,5 % pour l’employé + 25 % pour l’employeur (2,3 % pour les soins de santé + 21,5 % pour la sécurité sociale + 1,2 % pour la politique nationale de l’emploi) + 7 % de contribution de solidarité (pour un revenu supérieur à 1 277 328 CZK par an)21% (taux réduits de 15% et 10%)
Danemark22%51,95 % (y compris la sécurité sociale de 8 % payée par le salarié, mais sans la taxe ecclésiastique de 0,42 à 1,48 % prélevée sur les membres de l’Église nationale du Danemark).25% (taux réduit 0% sur le transport de passagers et les journaux qui publient normalement plus d’un numéro par mois)
Estonie20% d’impôt sur les bénéfices distribués. 14% de la distribution régulière. 0% sur les bénéfices non distribués.20% (+ 2,4% de taxe d’assurance chômage, 0,8% payé par l’employeur, 1,6% payé par l’employé et 33% de sécurité sociale qui est payé avant le salaire brut par l’employeur) environ 57,8% au total20% (taux réduit de 9%)
Finlande20%De 25% à 67% selon le revenu net et la commune, dont 7,8% de cotisations sociales, l’indemnité de chômage du salarié et l’indemnité de chômage de l’employeur, soit en moyenne 18% (2018).24% (taux réduit de 14% pour les produits alimentaires et les restaurants, 10% pour les livres, les médicaments, le transport de passagers et quelques autres)
France30% (y compris les cotisations sociales) après 2018 (« PFU »), avant : 33,3 % (36,6 % au-dessus de 3,5 millions d’euros, 15 % au-dessous de 38 000 euros).49 % (45 % + 4 % pour les revenus annuels supérieurs à 250 000 euros pour les contribuables célibataires ou supérieurs à 500 000 euros pour les couples mariés) + impôts et cotisations sociales à différents taux, par exemple 17,2 % pour les plus-values, les intérêts et les dividendes.20% (taux réduit de 10%, 5,5%, 2,1% et 0% pour des cas spécifiques tels que certains produits alimentaires, les transports, les biens culturels, etc.)
AllemagneDe 22,825 % (dans certaines petites villes) à 32,925 % (à Munich), selon la municipalité. Cela comprend l’impôt sur le revenu des collectivités de 15 %, la surtaxe de solidarité de 5,5 % et la taxe professionnelle à payer à la municipalité.47,475%, qui comprend 45% d’impôt sur le revenu et une surtaxe de solidarité de 5,5% sur la facture fiscale totale pour les revenus supérieurs à 256 304 euros. Le taux de l’impôt d’entrée est de 14 % pour les revenus supérieurs au seuil annuel de base de 9 000 euros.19% (un taux réduit de 7% s’applique, par exemple, sur la vente de certaines denrées alimentaires, de livres et de magazines, de fleurs, de transports)
Grèce28%65,67% (45% pour >40.000€+ 7,5% d’impôt de solidarité pour >40000€)+(26,95% de sécurité sociale pour les salariés ou jusqu’à 47,95% pour les professionnels privés)24% (Taux réduits 13% et 5%)
Hongrie9%33,5 % Dépenses de l’employé sur l’ensemble du salaire brut sans enfant : 15 % Impôt sur le revenu (somme forfaitaire), Sécurité sociale : 10 % Pension, 3 % en espèces + 4 % en nature Soins de santé, 1,5 % Cotisations du travailEmployeur : 17,5 % Impôt social, 1,5 % Cotisations du travail sur le salaire mensuel brut27% (Taux réduits 18% et 5%)
Irlande12,5% pour les revenus commerciaux25% pour les revenus non commerciaux40% à partir de 34 550 euros pour les contribuables célibataires, 42 800 euros pour les contribuables mariés, plus USC (Universal Social Charge) 4,5% sur les revenus jusqu’à 50 170 euros et 8% sur le reste. Sécurité sociale 4%.23%
Italie27,9% (24% plus 3,9% municipaux)45,83% (43% d’impôt sur le revenu + 2,03% d’impôt régional sur le revenu + 0,8% d’impôt communal sur le revenu)22% (Taux réduits 10%, 5%, 4%)
Lettonie20% d’impôt sur les bénéfices distribués. 0% sur les bénéfices non distribués. 15% sur les petites entreprises20%(impôt sur le revenu) 35,09%(sécurité sociale) Total jusqu’à 55,09%21% (taux réduits de 12% et 0%)
Lituanie15% (5% pour les petites entreprises)44,27% (taux d’imposition effectif : 34,27% d’assurance sociale (nominalement 1,77% du salaire de l’employeur + 19,5% du salaire de l’employé + 1,8% à 3% d’accumulation facultative de pence), 20% de revenu21% (Taux réduits 5%, 9%)
Luxembourg24,94% (activité commerciale) ; 5,718% sur les revenus de la propriété intellectuelle, les redevances.43,6% (40% d’impôt sur le revenu + 9% de taxe de solidarité calculée sur l’impôt sur le revenu)17% (taux réduits de 3%, 8%, 14%)
Malte35% (des abattements fiscaux de 6/7 ou 5/7 donnent un taux effectif de 5% ou 10% pour la plupart des entreprises)35 % (10 % supplémentaires à la charge de l’employé pour les cotisations de sécurité sociale, c’est-à-dire l’assurance maladie, la retraite et l’éducation) ; et 10 % supplémentaires à la charge de l’employeur pour les diverses cotisations de sécurité sociale).18 % (taux réduits de 5 %, 7 % et 0 % pour les produits de première nécessité – épicerie, eau, médicaments sur ordonnance, équipement et fournitures médicales, transports publics, frais d’éducation des enfants)
Pays-Bas25% au-delà de 200 000 euros de bénéfice, sinon 16,5%.49,5 % (à l’exclusion de la réduction par tranche de revenus pour les revenus allant jusqu’à 98 604 euros)21% (taux réduit de 9% et 0% pour certains biens et services)
Pologne19% (taux réduit de 9% pour les petites entreprises à partir du 01.01.2019)17 % jusqu’à 85 528 zł (à partir du 1.10.2019)32 % au-dessus de 85 528 zł (~20 000 euros).23% (taux réduits de 5% et 8%)
Portugal21% + 3 à 9% selon le bénéfice48% + 5% de supplément de solidarité + 11% de sécurité sociale (à la charge du salarié) + 23,75% (sécurité sociale à la charge de l’entreprise)23% (taux réduits 13% et 6%)
RumaníaRevenus millions d’euros : 16% du bénéficeSalarié : 41,5 % [10 % d’impôt sur le revenu (sur le brut moins les déductions pour la pension et la santé), 25 % de cotisation pour la pension (sur le brut), 10 % de cotisation pour la santé (sur le brut)]. – Les revenus bruts inférieurs à 3 600 RON bénéficient de déductions personnelles à hauteur de 1 310 RON du revenu imposable.Employeur : 2,25 % (assurance emploi obligatoire).19% (taux réduits de 9% et 5%)
Slovaquie21% 50% (impôt sur le revenu 19% + 25% pour la partie du revenu annuel dépassant 35 022,31 euros ; cotisations supplémentaires de 4% pour l’assurance maladie obligatoire du salarié et 10% pour celle de l’employeur, 9,4% pour la sécurité sociale du salarié et 25,2% pour celle de l’employeur)20% (taux réduit de 10%)
Slovénie19%50%22% (taux réduit 9,5%) – à partir du 1er juillet 2013
Espagne25% (4% dans les îles Canaries) Taux maximal d’imposition sur le revenu de 45 %. Non compris les cotisations des travailleurs de 6,35% de la sécurité sociale, 4,7% des cotisations de retraite, 1,55% de la taxe de chômage et 0,1% de la taxe de formation des travailleurs. Hors cotisations patronales de sécurité sociale de 23,6 %, 5,5 % d’impôt sur le chômage, 3,5 % (ou plus) d’impôt sur les cotisations salariales, 0,06 % d’impôt sur la formation des salariés et 0,2 % d’impôt FOGASA (impôt sur l’emploi en cas de faillite de l’entreprise).21% (taux réduits de 10% et 4%)
Suède22% (21.4% 2019, 20.6% 2021)55,5 % y compris la sécurité sociale payée par l’employeur25% (taux réduits de 12% et 6%)

Données extraites des taux d’imposition en Europe

La bonne structure de société : la bonne loi : s’incorporer en Europe

Canal empresas a une grande expérience de l’aide aux entreprises internationales qui souhaitent s’établir ou développer leurs activités en Europe. Vous trouverez ci-dessous une liste d’organisations à prendre en compte lors de la création d’une entreprise dans l’UE. Notre expérience est vaste et nous pouvons vous aider dans tous ces domaines. Plus que jamais, il peut être dans votre intérêt de le faire à distance. Une fois votre entreprise établie, vous pouvez utiliser notre plateforme en ligne pour gérer tous vos processus commerciaux localement, où que vous soyez dans le monde.

Les sociétés anonymes sont bénéfiques pour les petites et moyennes entreprises. Le capital minimum requis est de 1 € nominal et le propriétaire doit avoir au moins un actionnaire et un gestionnaire agréé (qui peut être étranger).

La Societas Europaea (SE) est un type de société à responsabilité limitée qui convient aux petites et moyennes entreprises. L’avantage est qu’elle permet aux entreprises de fonctionner selon les mêmes principes dans différents pays européens. Il est donc facile de délocaliser l’entreprise dans un autre pays européen.

Les sociétés sont idéales pour les grandes entreprises. Dans ce cas, le capital minimum doit être de 2 millions de SEK. Au moment de la constitution, les propriétaires sont tenus de rembourser au moins 30 % de ce montant. Cependant, les investisseurs ne sont responsables que de leur contribution à la création de l’entreprise.

Un bureau de représentation (bureau de liaison) peut gérer un nombre limité de bureaux dans le nouveau pays. En tant que tel, un bureau de représentation n’a pas de personnalité juridique et ne peut pas exercer d’activités commerciales directes. Une personne responsable au niveau local doit être désignée pour représenter les intérêts de la société mère et exercer les fonctions pertinentes.

Les succursales sont une option appropriée pour ceux qui souhaitent étendre une entreprise existante à de nouveaux marchés. Il convient toutefois de noter que dans la plupart des pays européens, une succursale ne confère pas de statut juridique à l’entreprise. Une succursale peut continuer à exercer ses activités de la même manière que la société mère, une fois qu’un directeur local a été nommé.

Bien-être des entreprises

L’UE offre une série d’incitations au développement économique, dont la plupart varient d’une région à l’autre. En Pologne, par exemple, des « zones économiques spéciales » ont été créées pour attirer les investisseurs étrangers et offrir des avantages fiscaux impressionnants aux entreprises. Les régimes fiscaux adoptés dans plusieurs pays européens prévoient des incitations fiscales importantes pour diverses dépenses liées à la recherche. De même, en République tchèque, les investisseurs peuvent obtenir une exonération de cinq ans de l’impôt foncier et de dix ans de l’impôt sur les sociétés.

Toutefois, le montant de l’aide locale qu’un pays peut accorder est soumis à des règles strictes, car la législation européenne sur les aides d’État interdit les subventions aux entreprises privées qui restreignent la libre concurrence. Au cours de la période couverte par le COVID, tous les États membres ont renforcé les mesures d’aide sociale aux entreprises, notamment par le biais d’importantes indemnités pour les travailleurs et d’incitations fiscales. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) Par exemple, la République tchèque a introduit des prêts sans intérêt d’un montant maximal de 15 millions de couronnes suédoises pour les PME qui ont perdu des contrats.

La réglementation du marché du travail en Europe
L’UE dispose d’un marché du travail convivial qui assure un fonctionnement et une répartition des travailleurs aussi efficaces que possible. La croissance de l’emploi est plus stable et positive qu’aux États-Unis, avec davantage de jeunes professionnels âgés de 15 à 25 ans (15,3 % dans l’UE et 14,1 % aux États-Unis).

Si vous embauchez quelqu’un de l’UE, vous devez respecter les exigences minimales définies dans le statut du personnel de l’UE. Il peut s’agir de contrats à temps plein, à temps partiel, à durée déterminée ou temporaires. Si vous embauchez un salarié, vous devez lui notifier par écrit les conditions d’emploi entre un jour et deux mois (selon le pays) avant le début du travail. La procédure de passation de marché doit respecter les règles de non-discrimination établies par l’UE. Tous les travailleurs doivent être âgés d’au moins 15 ans (les limites d’âge varient d’un pays à l’autre). Les jeunes de 15 à 18 ans peuvent travailler 8 heures par jour, 40 heures par semaine. Il existe également des licenciements collectifs, qui sont considérés comme des licenciements de masse (en fonction de la taille de votre entreprise). Canal Empresas peut vous aider tout au long du processus de recherche et de recrutement des personnes appropriées pour votre entreprise.

Protection sociale et protection de la santé dans l’UE

Dans l’UE, les règles de sécurité sociale varient d’un pays à l’autre, mais l’UE veille à ce que l’assurance de tous les citoyens soit valable dans tous les États membres de l’UE (y compris l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni). Les règles générales sont les suivantes.

Chaque citoyen ne paie des contributions qu’à un seul pays de l’UE. Toutefois, cela ne s’applique pas à des pays comme les États-Unis, où les citoyens doivent payer des impôts sur leurs revenus mondiaux, quel que soit le pays dans lequel ils vivent ou travaillent.
Tous les résidents ont les mêmes droits que les citoyens du pays dans lequel ils sont assurés.
Tous les ressortissants ont la garantie que la période pendant laquelle ils ont été assurés, ont travaillé ou vécu dans un autre pays dans le passé sera prise en compte lors de la demande de prestations.
En règle générale, un ressortissant peut demander des prestations en espèces dans un pays même s’il réside dans un autre.

Créer une entreprise en Europe : quels pays et quelles villes sont les meilleurs ?

Est-il facile de créer une entreprise ?

Plusieurs grandes organisations internationales, telles que la Banque mondiale, jugent régulièrement que l’environnement économique des pays du monde entier est favorable. L’indice de l’environnement des affaires de la Banque mondiale est une mesure objective de la réglementation des affaires et de son application dans 190 pays et villes sélectionnés dans le monde. Le rapport couvre plusieurs critères importants pour faire des affaires, tels que la création d’une entreprise, la construction, l’embauche d’employés, l’enregistrement des biens, l’octroi de crédits, le paiement des impôts, le commerce transfrontalier et l’exécution des contrats.

Selon le rapport 2018 de la Banque mondiale, les pays les mieux classés se trouvent en Europe.

  • Danemark (3ème)
  • Norvège (7e)
  • Royaume-Uni (9e)
  • Suède (12ème)
  • Finlande (17ème)

Les autres grands pays européens se situent légèrement en dessous.

  • Irlande (23e)
  • Allemagne (24ème)
  • Autriche (26e)
  • Espagne (30e)
  • France (32e)
  • Pologne (33e)
  • République tchèque (34e)
  • Portugal (36e)
  • Suisse (38e)
  • Suisse (45º)
  • Italie (51e)

Quel est le degré de compétitivité de l’environnement commercial ?

Un autre indicateur couramment utilisé est le rapport sur la compétitivité mondiale (GCR), publié chaque année par le Forum économique mondial. Selon la définition même du Global Competitiveness Report, elle « permet d’identifier les obstacles à la croissance et donc d’encourager l’élaboration de stratégies appropriées pour parvenir à un développement économique durable ». ……. Il s’agit de l’évaluation la plus complète et la plus fiable des forces et des faiblesses des économies nationales utilisée par les gouvernements, les universitaires et les entreprises ». Dans l’ensemble, les pays européens sont bien classés, même si tous n’ont pas conservé leur rang par rapport à l’année dernière. La section « Caractéristiques principales des pays » du rapport donne un aperçu des points forts de l’économie de chaque pays. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) Par exemple, la Suède, la Finlande et le Danemark figurent parmi les 17 premiers pays en termes de stabilité macroéconomique, avec des excédents budgétaires sains et de faibles niveaux de dette publique. En revanche, l’Allemagne se classe au premier rang pour la qualité des infrastructures, notamment en matière de transports et de communications. La France est également réputée pour ses excellentes infrastructures, notamment en matière de transports, de communications et d’énergie.

Liberté économique

L’indice de liberté économique, politiquement très conservateur, est un indice économique en 10 points publié chaque année par la Heritage Foundation. Elle stipule que « la liberté économique est le droit fondamental de chaque individu de contrôler son propre travail et sa propriété ». Dans une société économiquement libre, les gens sont libres de travailler, de produire, de consommer et d’investir. Dans une société économiquement libre, le gouvernement permet la libre circulation de la main-d’œuvre, des capitaux et des biens et évite la coercition et les restrictions à la liberté au-delà de ce qui est nécessaire pour protéger et maintenir la liberté elle-même. Sur la base de cette définition et de 10 critères clés (tels que la liberté d’entreprise, la liberté de commerce, la liberté de la monnaie et les droits de propriété), les auteurs du rapport ont classé 186 pays. Étonnamment, le pays européen le mieux classé est la Suisse (4e), suivie de l’Irlande (6e) et du Royaume-Uni (7e), seuls des pays européens figurant dans le top 10 (il est intéressant de noter que le Canada et les États-Unis se classent respectivement 8e et 12e).

Corruption, pratiques frauduleuses, crime organisé et autres vices

Dans de nombreux pays européens, la corruption fait partie intégrante de la conduite des affaires. Toutefois, la plupart des pays européens présentent des niveaux de corruption faibles ou modérés et la corruption ne constitue pas un obstacle majeur à la conduite des affaires.

L’indice annuel de perception de la corruption (IPC) de Transparency International est un outil utile pour mesurer l’impact de la corruption sur la vie quotidienne, la politique et l’économie dans 180 pays. L’indice de perception de la corruption (IPC) est une « enquête des enquêtes » basée sur 13 évaluations différentes d’experts et sur une enquête auprès des hommes d’affaires.

Le classement 2019 montre que les pays nordiques et d’Europe centrale dans leur ensemble ont un taux de corruption très faible selon l’IPC impartial.

  • Danemark (1ère place)
  • Finlande (3ème)
  • Suède (4ème)
  • Suisse (4ème)
  • Norvège (7e)
  • Pays-Bas (8e)
  • Luxembourg (9e)
  • Allemagne (9ème)
  • Islande (11e)
  • Royaume-Uni (12e)
  • Autriche (12e)
  • Belgique (17e)
  • Irlande (18e)
  • France (23e)

Parallèlement, les pays d’Europe du Sud où la corruption prévaudra en 2019, selon le rapport, sont les suivants .

  • Portugal (30e)
  • Espagne (30e)
  • Chypre (41e)
  • Malt (50º)
  • Italie (51e)

Plusieurs pays d’Europe de l’Est et du Sud-Est sont également relativement mal classés dans l’indice de corruption du rapport.

  • Estonie (18e)
  • Pologne (41e)
  • Slovénie (35e)
  • Lituanie (35e)
  • Lettonie (44e)
  • République tchèque (44e)
  • Slovaquie (59e)
  • Grèce (60e)
  • Croatie (63e)
  • Monténégro (66e)
  • Roumanie (70e)
  • Hongrie (70e)
  • Arménie (76e)
  • Turquie (91e)
  • Serbie (91e)

Il est également intéressant de noter que certaines des anciennes républiques soviétiques d’Europe de l’Est ont, selon des rapports indépendants, les taux de corruption les plus élevés au monde.

  • Belarus (70e)
  • Bulgarie (74e)
  • Kosovo (101e-tie)
  • Bosnie-Herzégovine (101ème-tie)
  • Macédoine du Nord (104º)
  • Albanie (106e)
  • Ukraine (126e – tie)
  • Kirguizistán (126e – ex aequo)
  • Russie (137e)
  • Turkménistan (165e)

Les principales villes commerciales d’Europe

Cushman & Wakefield, une société privée de services immobiliers commerciaux, publie chaque année l’European City Monitor, une enquête sur les principales villes d’affaires d’Europe, basée sur les données et les classements des 500 premières entreprises européennes. L’enquête se concentre sur les thèmes des « meilleures villes pour les affaires » et des « meilleures villes pour les affaires aujourd’hui », avec une série de critères comprenant la qualité de vie, les communications, l’accès au marché, la disponibilité et la qualité du personnel, le coût des espaces de bureaux et les transports. Londres a conservé sa première place depuis le début de l’enquête en 1990. Voici les 10 villes européennes les plus propices aux affaires.

  1. Londres
  2. Paris
  3. Amsterdam
  4. Berlin
  5. Francfort
  6. Copenhague
  7. Munich
  8. Dublin
  9. Milan
  10. Vienne

Notamment, Prague et Varsovie ont progressé régulièrement dans le classement depuis leur adhésion à l’UE et sont classées respectivement 21e et 23e dans la dernière enquête. Selon Cushman & Wakefield, Varsovie devrait recevoir le plus grand nombre d’entreprises au cours des cinq prochaines années, ce qui en fait une alternative populaire à Moscou. Toutefois, ce n’est pas seulement le classement global qui est important, mais aussi les catégories individuelles dont il fait partie. Parmi les capitales européennes, Varsovie se classe au premier rang en termes de travailleurs qualifiés, de faibles coûts, de disponibilité des espaces de bureaux et d’environnement commercial positif de la part du gouvernement. Londres, en revanche, est à la tête du monde des affaires européen, mais est moins bien classée en termes de coût de la main-d’œuvre, de coût des espaces de bureaux et de niveaux de pollution (d’après European Cities Monitor).

PME et jeunes pousses européennes

Toutefois, il convient de noter que si Londres, Paris et Francfort peuvent être attrayants pour les grandes entreprises européennes, ils ne sont pas nécessairement importants pour les PME et les jeunes entreprises. Il est important de déterminer les besoins de votre société ou de votre entreprise avant de vous fier aux recherches présentées dans cet article.

Pour plus d’informations sur des pays spécifiques, consultez le site web du ministère américain du commerce. (export.gov) comporte des sections spécifiques aux pays et fournit également des guides commerciaux par pays détaillant l’environnement des affaires et des investissements dans les pays européens. Ces guides constituent une source d’information précieuse pour ceux qui envisagent de s’implanter dans d’autres pays et fournissent une vue d’ensemble détaillée du marché, ainsi que des informations détaillées sur les défis du marché, les opportunités du marché et les stratégies d’entrée sur le marché.

Si vous avez besoin de plus d’analyses et d’informations sur un pays et que vous êtes prêt à payer pour cela, allez sur le site de l’Economist Intelligence Unit (EIU), une société de recherche et de conseil qui fournit des analyses sur les pays, les industries et la gestion dans le monde entier. Il fournit des rapports mensuels par pays, des prévisions économiques sur cinq ans pour des pays spécifiques, des rapports sur le risque pays, des rapports sectoriels, etc. L’EIU effectue également des recherches approfondies pour les entreprises qui ont besoin d’une analyse de marchés ou de secteurs d’activité spécifiques.

En conclusion

Le marché européen est une option sûre, prometteuse et attrayante pour le lancement d’une entreprise. Avec de nombreux pays parmi lesquels choisir et l’accès au marché unique européen, vous ne pouvez pas vous tromper en choisissant l’Europe comme destination d’investissement. Contactez Canal Empresa pour discuter de votre prochain déménagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

This site is registered on wpml.org as a development site.